En quoi consistaient les camps de l’action Reinhard ?

L’action Reinhard est le nom donné au massacre des Juifs vivant dans les régions de Pologne qui ne furent pas annexées à l’Allemagne, principalement dans les camps d’extermination de Treblinka, Sobibor et Belzec. Planifiée en fin d’année 1941, l’opération fut rebaptisée « action Reinhard » pour honorer Reinhard Heydrich, l’architecte de la « Solution finale » des nazis, qui avait été assassiné au printemps 1942. Les opérations d’extermination ont été menées dans les camps de Belzec entre mars et décembre 1942, de Sobibor entre mai 1942 et octobre 1943, et de Treblinka entre juillet 1942 et octobre 1943. L’action Reinhard s’est poursuivie jusqu’en novembre 1943, avec le massacre de 42 000 Juifs dans le cadre de l’action Erntefest (fête de la moisson). Au total, le United States Holocaust Memorial Museum estime que l’action Reinhard a entraîné la mort d’environ 1,7 million de Juifs, tandis que le nombre des victimes non-juives polonaises, roumaines et prisonniers de guerre dans le cadre de cette action reste inconnu.

Outre les camps d’extermination, l’action Reinhard a aussi inclus des camps de travail forcé, dont Trawniki, Budzyn et Poniatowa, ainsi que le camp de Majdanek avant qu’il ne soit converti officiellement en camp de concentration.

Les camps de l’action Reinhard avaient surtout recours au monoxyde de carbone pour tuer leurs victimes, bien que le Zyklon B ait été également utilisé à Majdanek et que les camps de travail de Trawniki et Budzyn aient également exterminé des Juifs par le travail forcé et des fusillades.

L’action Reinhard fut supervisée par Odilo Globocnik, les SS et le chef de la police du district de Lublin jusqu’en fin d’année 1943. La construction et la gestion des camps furent supervisées par Christian Wirths qui, comme tant d’autres personnes ayant participé à l’action Reinhard, avait joué un rôle de premier plan dans le cadre du programme d’euthanasie.

Au terme de l’action Reinhard, les camps de Treblinka, Belzec, Sobibor et Chelmno furent démantelés, la terre y fut labourée et des agriculteurs polonais s’y installèrent. Tous ces sites accueillent aujourd’hui des monuments commémoratifs.

Les deux autres camps de la mort les plus importants en Pologne occupée, Auschwitz-Birkenau et Chelmno, n’ont pas fait partie de l’action Reinhard.

 

Carte du site des camps de l’action Reinhard dans la région du Gouvernement général de Pologne. Crédit photo : US Holocaust Memorial Museum
MORE FACTS
VIEW ALL FACTS